Noviciat RSCM en transition, septembre 2022

Posted September 23, 2022

 

Depuis janvier 2022, date à laquelle Asmina, Lidia et Paulina ont fait leur première profession, le noviciat attend l’arrivée des pré-novices d’Afrique.

Eh bien, nous avons attendu jusqu’en juin et il a été décidé que l’équipe irait en Afrique et/ou au moins commencer l’année canonique avec les sept jeunes femmes qui attendaient.

Nous avons demandé nos permis de travail pour entrer en Zambie et nous avons dû les attendre. Dieu merci, ils n’ont pas mis longtemps. Nous avons nettoyé notre grande maison, dit au revoir aux sœurs de la région du Brésil et à nos travailleurs. On s’est débarrassé de toute la nourriture. Nous avons eu une messe d’adieu et beaucoup d’autres choses. Enfin, nous avons fermé les portes de notre noviciat à Belo Horizonte le 3 septembre. Sœur Cristina nous a fait ses adieux en prenant en charge l’entretien du bâtiment du noviciat.

Nous avons essayé d’emporter l’essentiel, les constitutions, les lettres de nos fondateurs en portugais, etc., pour le voyage jusqu’au début du noviciat à Lusaka, Zambèze.

Le voyage via Addis-Abeba, en Éthiopie, a été très long, mais heureusement, nous étions deux et nous avons pu discuter de certains plans pendant le trajet. Je n’ai pu m’empêcher de me rappeler les paroles de notre fondateur lorsque nous étions dans le 3e et dernier avion : “Il y a encore beaucoup de chemin à parcourir, mais, comme vous le savez bien, les fondations d’un bâtiment sont la chose la plus difficile, car elles sont les plus importantes.” (GS/27/IX/49/A. Vol. I, p. 21.)

Nous avons été accueillis à Lusaka par des chants et des danses. Le lendemain, tout le groupe de sept jeunes hommes était prêt à commencer le noviciat. Nous n’avons pas perdu de temps et avons commencé à nettoyer et à mettre de l’ordre afin que l’atmosphère soit propice au noviciat. Les jeunes femmes sont très heureuses et semblent prêtes, donc c’est un plus !

Je suis allé dans les bureaux de l’immigration et j’ai obtenu mon visa de travail. Celle de Sr Kathleen est également en cours de réalisation. C’est quelque chose à célébrer ! Maria Emilia* et Fidelia pour que nous soyons une communauté de noviciat complète, à 11!

Nous aurons trois jours de retraite avant la réception au noviciat le 22 septembre. Nous sommes ici depuis moins d’une semaine, mais nous avons l’impression d’être ici depuis longtemps. Nous ne savons pas ce qui nous attend, mais quoi qu’il en soit, notre esprit est positif et nous disons avec Isaïe: “Nous voici, Seigneur, nous sommes venus pour faire ta volonté.

Toute la période de transition du noviciat a été très mouvementée. En plus de faire nos bagages et de planifier notre prochaine étape, la vie a continué comme d’habitude, avec des réunions et tout le reste. Les adieux après 9 ans de notre présence à Belo Horizonte n’ont pas été faciles. Le noviciat se passait bien, toujours utile dans la paroisse et dans la région brésilienne. Les professions se déroulaient presque chaque année, alors que s’est-il passé? Tant de gens ont demandé. Ils ne voulaient pas que nous partions.

Cette année 2022, nous n’avons reçu personne car il y a eu des problèmes de visas. Les deux Areas qui étaient censées envoyer les filles au noviciat ont continué à frapper aux portes de l’ambassade du Brésil, mais sans succès. Après 8 mois d’attente, la décision a été prise de déménager temporairement à Lusaka, en Zambie. Allons-nous retourner au noviciat de Belo Horizonte ou allons-nous rester ici ? Personne ne le sait. Donc, que nous soyons ici ou là-bas, nous avons l’intention de faire de notre mieux. Nous sommes des crayons dans les mains d’un artiste!

“Remettez-vous entièrement entre les mains de Dieu comme un instrument entre les mains de l’ouvrier. Seul, l’instrument ne peut rien faire, mais docile entre les mains d’un ouvrier habile, il peut servir à accomplir des œuvres d’art.” (GS/1/IX/79/A. Vol. II, p. 101.) Le P. Gailhac nous le rappelle.

Une fois de plus, je me souviens de notre fondateur qui, à l’époque, a dit à ses filles bien-aimées et je suis sûr qu’il nous le dit à nouveau aujourd’hui: “Faisons tout ce qui dépend de nous, toujours avec une intention droite pour la gloire de Dieu. Le succès dépend de Dieu, qui ne nous abandonnera jamais.” (GS/5/VII/72/A. Vol. I, p. 92.)

Oui, Dieu ne nous abandonnera jamais, je le sais et cela me réconforte. Prions pour que ce nouveau départ se passe bien. Priez surtout pour nos jeunes femmes afin qu’elles soient fidèles et joyeuses dans leur cheminement de foi à la recherche de la volonté de Dieu dans notre Institut!

Bénédictions à tous !

Sœur Rosemary, directrice du noviciat

*Sœur Maria Emilia est arrivée!