Lettre 15

Posted June 13, 2022

PROVINCE DE TETE

PAROISSE DE SÃO JOSÉ-TETE

21 décembre 2021

Révérend Père Jean Gailhac

C’est avec une grande joie que j’ai écouté l’histoire de votre vocation et de vos œuvres, racontée par Sr Bernadette, religieuse du Sacré-Cœur de Marie, lors de son passage au début des années 2000. Elle a réuni un groupe de personnes de ma paroisse et expliqué qui était le Père Gailhac et quel était son désir : « Très jeune, Dieu m’a inspiré le désir de devenir prêtre à la condition de ne vivre que pour l’aimer et le faire aimer. Je veux me consacrer exclusivement à la gloire de Dieu, à ma sanctification et celle de mon prochain. » (Sr MM. Gonçalves 2002 P. 35-39).

J’ai eu envie d’approfondir, d’en savoir un peu plus sur votre vie et vos œuvres.

 Père, vous avez envoyé Sr Bernadette comme une étoile du matin pour illuminer la province de Tete. La force de votre charisme que personne n’attendait, allait enclencher le miracle en train d’accomplir ici, alors même que les Sœurs du Sacré-Cœur de Marie n’ont pas de communauté dans cette région du Mozambique.

 En juin 2004, pour la fête du Sacré-Cœur de Marie, la Famille élargie du Sacré cœur de Marie fut fondée.

Père, vous ne pouvez pas imaginer la joie dans ma paroisse ce jour-là : c’était le premier mouvement qui naissait à Tete ! Avec 130 membres de la ville de Tete et 250 membres à Lifidzi-Angónia.

Père Gailhac, votre esprit et vos œuvres font bouger les choses ! Dans ma province, jour après jour, les responsables des communautés chrétiennes des districts adhèrent au mouvement de la F.E.S.C.M parce que les membres ont bien assimilé votre charisme et votre esprit et parce que vous nous avez donné le Sacré Cœur Marie comme modèle. Et vous savez pourquoi, mon Père ? parce que c’est un cœur qui accueille tout le monde sans exception.

Quand les sœurs m’ont demandé d’être responsable des membres de la F.E.S.C.M ici à Tete, j’ai eu peur. J’ai pensé que je ne pourrais rien faire, mais Dieu fait des merveilles : j’ai la foi que vous, mon père, avez toujours été présent dans mes activités et que c’est votre charisme et votre esprit qui m’ont guidée dans la mission qui m’a été confiée jusqu’à aujourd’hui.

De nombreuses personnes ont rejoint le mouvement F.E.S.C.M. Elles ont compris sa mission et, en tant que membres du groupe, elles deviennent de vrais chrétiens, des familles exemplaires, et par leur vie et la parole de Dieu, elles ont aidé de nombreuses personnes à entrer sur la voie du salut. Les églises où le mouvement est présent ont commencé à se remplir. On y célèbre l’eucharistie plusieurs fois par jour. C’est le fruit de votre présence dans ce diocèse de Tete.

Père, vous savez que depuis 2010 je fais face à de nombreux problèmes et c’est vous qui m’aidez à les surmonter. J’ai foi en cela, car je demande toujours à Dieu de m’aider par votre intercession.

Alors que je voyageais au Malawi avec mon mari malade, je lui tenais la main quand soudain il l’a lâchée sans que je m’en rende compte : je l’ai vu déjà tombé au milieu de la route, sur le point de se faire écraser. J’ai eu peur en voyant une voiture s’arrêter devant lui. Une autre fois, le jour de la fête de St Alphonse Marie de Liguori, fête des ministres de l’Eucharistie, je suis allée à la messe, et en revenant, j’ai trouvé mon beau-fils sur le point d’étrangler son père. Je ne sais d’où m’est venue la force de le défendre ! Seuls Dieu et le Père Gailhac qui était avec moi, avaient pu m’amener à mon mari avant que le pire n’arrive. 

Voyant la souffrance de mon mari, Dieu l’a appelé dans la patrie céleste. Après sa mort, j’ai été très malade. Rétablie, je me suis rendue au cimetière pour me recueillir sur sa tombe. La croix qui la surmontait brillait et le visage souriant de mon mari m’est apparu. J’ai commencé à prier et quand sa nièce est arrivée, l’image a disparu et seule la croix est restée.

Je sais qu’il continue à m’accompagner en tout, même dans les activités de la F.E.S.C.M auxquelles il ne s’est jamais opposé. Je l’ai laissé quelques fois seul à la maison, quand je sortais visiter les groupes dans les districts et les localités. J’ai fait confiance au Christ. 

Là où est la croix, là est le Christ ; Dieu regarde tout cela, nos joies et notre engagement dans les œuvres que vous nous avez inspirées. Si ce n’était cette conversation que j’ai avec vous en ce moment, je serais à Nsaladzi en train de visiter une communauté néo-chrétienne qui compte des membres de la FESCM. Le mouvement n’y est pas encore officiellement implanté, tout comme à Golowi Kassacatiza à la frontière zambienne, et à Nchena, une propagation que je considère comme le résultat de la force de votre charisme et de votre spiritualité. Je peux dire que le miracle de la multiplication des pains pour satisfaire la faim des Mozambicains de Tete se produit, grâce au dynamisme de votre charisme, de votre esprit et de votre prière.

 Mon Dieu, je vous demande d’écouter mes prières. Elles n’ont qu’un seul objectif : vous aimer et faire en sorte que tout le monde vous aime. 

Je suis confiante que vous multiplierez le nombre de Sœurs du Sacré-Cœur de Marie et que, grâce à elles, vous serez mieux connu, aimé et loué partout. Amenǃ 

Père Gailhac, en ce moment, la F.E.S.C.M compte 2.500 membres répartis dans les districts de Tete, Agonia, Chiuta, Maravia et Macanga. C’est le fruit de vos travaux. Dans ces districts, les membres de la F.E.S.C.M, guidés par votre charisme et votre esprit, prennent soin des malades, des orphelins, des personnes âgées dans le besoin. Ils chantent dans les chorales des communautés chrétiennes et des paroisses. Ils sont ministres de l’Eucharistie et de l’espérance, catéchistes et animateurs de communauté.

Pour vos œuvres de charité, vous avez voulu fonder la congrégation des Sœurs du Sacré-Cœur de Marie. Père Gailhac, je vous demande cette grâce d’une fondation d’une communauté de R.S.C.M à Tete, afin de consolider la semence de votre charisme lancée ici à la naissance de la F.E.S.C.M qui continue vivante et forte sous la protection du Sacré Cœur de Marie.

Avec toute la confiance et l’affection que je vous porte, 

Votre fille,

Margarida Maria da Purificação Fernandes

 Une chaîne de prière s’est constituée pour demander la béatification du Père Gailhac. Avec les autres membres je m’y associe, demandant à Dieu de nous accorder cette grâce.

*FESCM : famille élargie du Sacré Cœur de Marie